Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poèmes de Blanche Maynadier

Dans mon village au bord de l’eau

3 Janvier 2012 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

Blanche est partie vers d'autres horizons en novembre 2004, mais elle reçoit encore de beaux cadeaux de notre Terre, tel ce tableau de son voisin et ami de Rahon , Michel  Lagut ,  qui me permet d'illustrer    l'une de ses chansons favorites.

 

SAM 0904 

Je sais un village en ce coin de France

Où rien n’a changé depuis  ma naissance,

Tout au bord de l’eau près de la forêt

Les oiseaux pour moi n’ont pas de secret.

 

Tout aux alentours vallons et collines

Saluent la rivière et bien bas s’inclinent.

Tous les verts bosquets fleurit de moutons,

S’étendent partout jusqu’à l’horizon.

 

Qu’il fait bon !

Qu’il fait beau !

Dans mon village au bord de l’eau.

 

Chaque paysan a son coin de terre

Il voit son clocher et son cimetière.

Il vit en famille aime ses voisins

A la Saint-Germain l’on est tous cousins.

 

Les petits enfants jouent dans la prairie

Et l’on s’aime encor vers la laiterie.

Chaque premier mai l’on part, en forêt

Cueillir le bonheur avec le muguet.

 

Qu’il fait bon ! qu’il fait beau !

Dans mon village au bord de l’eau.

 

A chaque saison la nature en fête

Transforme la plante ainsi que la bête.

Pour les sports d’hiver on a ça chez nous !

Et l’on prend des bains quand vient le mois d’août.

 

Sur un tas de foin, de trèfle ou de paille

Se font, se défont bien des épousailles ;

On régularise après la moisson

Et tous en chantant l’on fait la maison.

 

Qu’il fait bon, qu’il fait beau !

Dans mon village au bord de l’eau (bis).

 

                                                                               BLANCHE  MAYNADIER

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nagi 11/09/2012 14:31

Quelle grande poétesse Blanche !

Danielle 28/01/2012 21:25

Mais ... j'avais laissé un commentaire sur ce village au bord de l'eau, si joliment illustré par ce beau tableau. Il y a des choses qui m'échappent (c'est le cas de le dire !). Je disais que ces
vers exprimaient tout l'amour de Blanche pour son village et ses racines paysannes, l'amour de la nature, des saisons, des champs, de la vie à la campagne. Merci Martial et gros bisous du Sud.
Danielle