Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les poèmes de Blanche Maynadier

LE COLPORTEUR

18 Mars 2012 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

AFFICHE-COLPORTEUR.jpg

Au temps des colporteurs

L'image ci-contre  a une histoire extraordinaire.  Que Blanche raconte dans le poème ci-dessous.  Cette reproduction fut achetée jadis par Georges Lavrut, dans les années Trente du vingtième siècle... et se perdit après sa mort. C'est seulement en 2002, en lisant ce poème, que notre cousin, Daniel Lavrut , qui vit aujourd'hui dans la ferme de Molay, rechercha et retrouva cette image du temps jadis qui dormait dans son grenier. Il l'offrit à Blanche et  j'en ai hérité.    Je la partage aujourd'hui avec vous. Ainsi que la poésie.   Martial

 

 

 

 

Comme il est loin le temps des pauvres colporteurs ?

Ils venaient de l’Auvergne et sans doute d’ailleurs,

La caisse sur le dos, barbus, n’ayant plus d’âge ;

Ils animaient un peu les fermes du village.

 

Celui de ma jeunesse arrivait à midi.

Dès qu’il était chez nous, il se sentait chez lui !

Il parlait de voyage et prenait place à table ;

Le soir il revenait coucher dans notre étable.

 

Il nous vendait du fil, des peignes, des boutons

Et puis du caoutchouc, mais donnait les bonbons.

Un jour ce colporteur sut émouvoir mon père :

-« Voici pour pas cent sous, un rien qui peut vous plaire » !      

Aussitôt il sortait d’un beau papier cadeau                 

Une gravure ancienne, un fort joli tableau 

-«  V os trois filles sont là, regardez cette image !

Pour vous elles auront à jamais beaux visages. »

 

C’était évidemment ! La Foi, la Charité !

L’une avait la sagesse et l’autre la bonté.

Au milieu c’était moi, dans la blonde Espérance.

Elle avait mes yeux bleus. C’est toute mon enfance …

 

Sous verre et encadrée encor si belle à voir

Il reste cette image au fond d’un grand couloir ;

Où sont les colporteurs, ma jeunesse et mon père

Si vivants, dans mon cœur, au côté de ma mère. 

 

BLANCHE MAYNADIER (à gauche, à côtés de Paulette et Geneviève)

les 3 Soeurs 1930

Lire la suite