Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les poèmes de Blanche Maynadier

J’attends Florestan

24 Mai 2010 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

2555820964_5abba63b38.jpg

 

                 J’attends Florestan

        

 

          Je suis Véronique

           J’attends Florestan

           Pour vivre un roman

           Tendre et romantique.

 

Je suis Véronique et toujours j’attends

Où se cachent-ils tous les Florestans !

J’ai déjà l’ombrelle et la balançoire

Un petit jardin une rôtissoire

Mais j’aimerais voir  sur mon vert gazon

Près d’un âne gris sourire un garçon…

 

Je suis véronique et j’ai dix huit ans

Je vis et je dors chez papa maman.

Je pense à l’amour, je pense aux voyages

Et j’aimerais bien ne plus être sage !

Je rêve de l’Inde et puis du Népal

Tout en me coiffant pour mon premier bal…

 

Je suis Véronique et ce nom charmant

Au dire des amis me va comme un gant.

J’ai les yeux pervenche et la taille fine

Pourquoi faut-il donc qu’un rien me chagrine ?

Je fais du tennis et puis du cheval

Mais mon cœur trop vide a souvent bien mal…

 

        Je suis véronique

        J’attends Florestan

        Pour vivre un roman

        Tendre et romantique

                         Blanche Maynadier

 

chanson sans musique

Lire la suite

C’EST LA FIN DES VENDANGES

6 Mai 2010 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

                     4492686927_2e6fdc6904.jpg

           

 

Il y bal ce soir chez mon ami Lucas.

Il ouvre grand sa grange, allume sa lanterne.

Dans l’odeur de sainfoin, de trèfle, de luzerne,

Nous danserons joyeux, des valses, des  polkas.

 

On boira du bon vin. C’est la fin des vendanges !

Tous les gens du village, ensemble danseront

Pendant que les agneaux repus s’endormiront.

La nuit s’animera de petits bruits étranges…

 

Chacun profitera du charme de l’instant.

Sous les yeux d’un hibou qui balance la tête,

Une fille, un garçon se conteront fleurette

Feront mille projets en ce lieu complaisant.

 

Lucas au petit jour arrête sa musique.

Il dépose à regret son vieil accordéon.

Il offre à tout le monde une soupe à l’oignon

Et d’un pas chancelant, s’en va traire sa bique.

 

Il possède une vigne, et de beaux oliviers.

Je ne vous dirai pas le nom de son village.

C’est un endroit perdu qui veut rester sauvage ;

Au printemps l’on y voit fleurir les amandiers.

 

Blanche Maynadier

Lire la suite