Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poèmes de Blanche Maynadier

Le dernier des métiers

1 Avril 2017 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

                      

A quoi sert un poète, il faudrait me le dire,
Mais prendrez-vous le temps, seulement de me lire ?
Poète est, je le sais, le dernier des métiers
Ces travaux de l’esprit sont les plus mal payés !
 
Il se laisse emporter dans un tout autre monde
Une douce chaleur le frôle comme une onde
Un jour il se sent triste, il est là, sans ami,
Il commence une lettre et voilà pris le pli.
 
Il raconte sa vie ; il invente une histoire
Et puis cherche un lecteur à défaut d’auditoire
Il revit un voyage, en rêve, le poursuit,
Il cherche un doux visage, entrevu dans la nuit…
 
Il offre un peu de soi, pour essayer de plaire,
Et cette mise à nu n’attend pas de salaire.
Poète est, je le dis, « le plus fichu métier »
Mais il me plaît d’écrire, à quoi bon le nier…
 
Jalousie et mépris, parfois nés de l’envie
Jalonneront ma route et gâcheront ma vie.
Un sourire, un conseil, un encouragement
Me trouveront toujours en plein contentement.
 
Blanche Maynadier
 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

annie 12/04/2017 23:26

Alors que je venais juste de terminer la lecture du discours de Camus lors de la remise de son Prix Nobel. Les esprits se rencontrent....le mien est petit mais celui de Blance et Camus

"Le rôle de l’écrivain, du même coup, ne se sépare pas de devoirs difficiles. Par définition, il
ne peut se mettre aujourd’hui au service de ceux qui font l’histoire : il est au service de ceux qui
la subissent. Ou, sinon, le voici seul et privé de son art. Toutes les armées de la tyrannie avec
leurs millions d’hommes ne l’enlèveront pas à la solitude, même et surtout s’il consent à prendre
leur pas. Mais le silence d’un prisonnier inconnu, abandonné aux humiliations à l’autre bout du monde, suffit à retirer l’écrivain de l’exil, chaque fois, du moins, qu’il parvient, au milieu
des privilèges de la liberté, à ne pas oublier ce silence et à le faire retentir par les moyens de
l’art.