Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poèmes de Blanche Maynadier

LA ROSE DE PICASSO

28 Septembre 2016 , Rédigé par MARTIAL PIERRE

LA ROSE DE PICASSO

L'histoire parait incroyable mais elle est rigoureusement authentique ; à la fin des années Cinquante, Picasso dont ce n'était pas l'habitude fut touché par une lettre envoyée par Blanche et il lui envoya cette Rose (pour l'anniversaire de sa mère - décédée de longue date) La Rose de Picasso fut longtemps punaisée dans notre salon,... Sa vente dans les années soxante dix, à un collectionneur américain, (par l'intermédiare de Maurice Reims) permit à ma mère de publier une édition à compte d'auteur de MESSIDOR, qui contribua à la faire connaître, ainsi qu'à obtenir de nombreux prix... Le collectionneur fit certainement une bonne affaire la valeur de l'objet ayant été depuis multiplié par plus de dix... mais pour ma mère ce qui comptait c'était le geste de Picasso, et l'encouragement qu'il lui donna...La vente lui permit le coup de pouce décisif vers la publication et la reconnaissance.... Je réalise aujourdhui, qu'elle avait sans doute su trouver les mots pour parler de sa mère, avec une sincérité et une émotion telle qu'on ne pouvait y résister ( sans dire ni son âge, - elle se présentait en petite fille, ni que sa mère était décédée) Toute cette histoire est racontée dans le troisième volume de son autobiographie LE TEMPS D'ECRIRE Ci dessous, un poème écrit bien plus tard

LA ROSE DE PICASSO

Alors que j’ignorais comment vivre ma vie,

Je suis tout simplement entrée en poésie.

Quand j’ai goûté le chant des beaux alexandrins,

Je n’ai plus voulu qu’eux pour « mètre » en mes refrains.

A mes débuts j’étais un très mauvais poète.

J’alignais sans répit les mots de tous les jours

Qui pleuraient qui dansaient dans mon cœur et ma tête !

Mais les gens se riaient de tous mes beaux discours.

Un jour de désespoir, voulant forcer la chance,

J’envoyais un poème à Pablo Picasso…

Mes vers devaient avoir assez riche éloquence

Puisque pour me répondre il a pris son pinceau.

Ce peintre de génie aimait ma poésie !

Il me fit parvenir un précieux cadeau :

Une rose carmin toujours épanouie,

Et qu’il signa pour moi, du nom de Picasso.

Il me rendait la joie, et je repris courage…

Je tenais dans mes mains un merveilleux pouvoir,

Je ne me soucierais plus de mon entourage.

Pour trouver le bonheur, je saurai le vouloir !

Je parlerais en vers, je me ferais poète.

Depuis dans ma maison le bonheur a fleuri…

Ecrire est un plaisir, ma vie est une fête !

Je dois tout à ce peintre et je lui dis : «Merci ».

Blanche Maynadier

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article